ACTUS PEOPLE

Mylène Farmer, jurée du 74e Festival de Cannes

Alors qu’elle prépare son retour sur scène, la chanteuse notoirement cinéphile réalise un rêve en intégrant le jury de l’édition 2021, présidé par Spike Lee.

Sans contrefaçon, Mylène Farmer sera jurée à Cannes. Soutenue en coulisse par Spike Lee, président de cette 74e édition, l’icône de la pop française enflammera probablement un festival qui, l’an passé, avait dû éteindre les feux pour cause de crise sanitaire. En 2021, les lumières se rallument, la Croisette se ranime et, aux côtés des huit autres personnalités membres du jury (Lee inclus), Mylène aura la lourde tâche de départager les 24 longs-métrages en compétition pour la Palme d’or et les six autres prix décernés. Parmi les œuvres concurrentes, on peut légitimement supposer que la chanteuse ne sera pas insensible aux charmes des sulfureux Benedetta de Paul Verhoeven et Titane de Julia Ducournau (la réalisatrice de Grave), véritables films-nitroglycérine promettant de belles explosions de colère sous le soleil cannois.

Le choix de Mylène Farmer en tant que jurée du plus prestigieux festival du monde consacré au 7e art n’étonnera guère ses fidèles. Ex-élève au Cours Florent avant de s’engager dans la chanson, la recordwoman française des ventes de disques dans l’Hexagone est aussi connue pour son amour sincère du cinéma et ses velléités d’actrice. Une passion perceptible dans l’esthétique de ses clips les plus célèbres (les ombres de Barry Lyndon de Kubrick et des Duellistes de Ridley Scott planent au-dessus de « Libertine »), mais aussi dans son CV. Figurante dans Le Dernier Combat de Luc Besson, Mylène a confié à ce dernier, en 1992, la réalisation de la vidéo de « Que mon cœur lâche », tandis qu’à son tour le cinéaste embaucha de nouveau la star pour jouer le personnage de Sélénia dans la trilogie de films d’animation Arthur et les Minimoys (en 2006, 2009 et 2010).

Discrétion médiatique

Pascal Laugier, metteur en scène spécialiste de l’épouvante, a quant à lui signé en 2015 le clip de « City of Love ». Devenu un proche de la muse rousse, il dirigera aussi Farmer dans le film d’horreur Ghostland(Grand Prix du Festival du film fantastique de Gérardmer 2018), où la chanteuse incarne une mère de famille attaquée à domicile par de dangereux psychopathes. Enfin, en 1994, la lauréate de trois Victoires de la musique (en 1988, 1996 et 2005) avait également joué son premier grand rôle au cinéma dans le film Giorgino de son compagnon et producteur Laurent Boutonnat. Un drame historique onéreux de trois heures qui, hélas, connut un funeste destin en salle.

Mylène Farmer n’est pas la première figure de la chanson française à intégrer un jury cannois puisqu’en 2016 Vanessa Paradis l’avait précédée sous la présidence du réalisateur australien George Miller. Mais nul doute que l’indéfectible discrétion médiatique cultivée depuis plus de trente ans par l’autrice de « Maman a tort » sera soumise à rude épreuve dans le chaudron cannois, encore plus dans le contexte d’une édition marquant le retour des festivités après l’année blanche 2020.

Cette nouvelle expérience pour l’artiste résonne aussi comme le prélude à son grand retour sur scène, annoncé le 22 juin et prévu pour le courant de l’été 2023. Mylène Farmer se lancera alors dans une tournée des stades, soit onze dates dans huit villes, y compris un passage au Stade de France les 30 juin et 1er juillet. En attendant, ses fans les plus acharnés ne manqueront pas de converger vers la Croisette, du 6 au 17 juillet, pour avoir une chance d’apercevoir leur idole. Pourvu que l’aventure Cannes 2021 soit douce pour Mylène.

RocFM
the authorRocFM
error: Content is protected !!