MUSIQUES

Daniel Balavoine, toujours dans nos cœurs, 35 ans après sa disparition

Le 14 janvier 1986, il y a tout juste 35 ans, le chanteur Daniel Balavoine disparaissait dans un accident d’hélicoptère en marge du rallye Paris-Dakar. France Bleu lui rend hommage en diffusant ses plus grands tubes et en replongeant dans le destin tragique de l’icône de toute une génération.

Le jour où tout a basculé

En janvier 1986, Daniel Balavoine se rend sur le Paris-Dakar en tant qu’ambassadeur de Paris du Cœur. L’action humanitaire vient installer des pompes à eau hydrauliques dans des villages africains en profitant de la logistique de la course.

Le 14 janvier, après une journée de négociations pour l’acheminement de ces pompes, Daniel Balavoine monte dans un hélicoptère pour rejoindre son bivouac. À bord à ses côtés, Thierry Sabine, l’organisateur de la course, le pilote, une journaliste et un technicien radio.

À quelques kilomètres de l’arrivée, les conditions météo se dégradent. La nuit est tombée et les bourrasques de sables forcent l’hélicoptère à atterrir. Contre tout-attente, il redécolle, quelques minutes plus tard, guidé par les phares d’une voiture d’un des concurrents de la course. L’appareil vole très bas et accroche le sommet d’une dune de 30 mètres. L’hélicoptère bascule en avant, part en vrilles et se désintègre quelques mètres plus loin. Du pilote et des quatre passagers, il n’y a aucun survivant.

Le lendemain, la France apprend la terrible nouvelle et rend hommage à Daniel Balavoine, disparu à l’âge de 33 ans, laissant des dizaines de tubes en héritage.

Révélé par Michel Berger

Originaire d’Alençon, Daniel Balavoine passe sa jeunesse dans le Sud-Ouest de la France. Hésitant entre une carrière politique et sa passion pour la musique, il choisit la musique. Après quelques années difficiles et des albums au succès timide, il est repéré par Michel Berger. Sa participation à la comédie musicale “Starmania” donne un vrai coup d’accélérateur à sa carrière et permet au public de découvrir sa tessiture de voix si particulière.

Au même moment, Daniel Balavoine sort la chanson “Le chanteur” qui reste un de ses titres les plus connus encore aujourd’hui.

Après plusieurs concerts à l’Olympia devant un public conquis, le chanteur a définitivement trouvé la voie du succès. Au fil des albums, il enchaîne les tubes. “Mon fils ma bataille”, “Je ne suis pas un héros”, “Vivre ou survivre”, “L’Aziza” ou encore “Tous les cris les SOS”.

Un artiste engagé

Dès le début des années 1980, alors que François Mitterrand est en campagne, Daniel Balavoine accuse les journalistes d’ignorer les problèmes rencontrés par les jeunes. Il soutient également son ami Coluche qui est candidat à l’élection présidentielle. La même année, il chante à un concert organisé par Amnesty International en soutien aux prisonniers d’opinions.

Mais c’est en 1983 qu’il a un vrai déclic. Alors qu’il participe au rallye du Paris-Dakar, il découvre l’Afrique et prend conscience de la pauvreté dans lequel se trouve le continent. En 1985, alors que des vedettes du monde entier se mobilisent pour soutenir l’Éthiopie qui traverse un épisode de famine sans précédent, Daniel Balavoine organise un concert de soutien. Jean-Jacques Goldman, France Gall ou encore Michel Berger répondent présents.

Son dernier album “Sauver l’amour” témoigne de son engagement grandissant. Presque tous les titres évoquent une problématique politique ou sociale : la jeunesse incomprise, la rupture, les enfants soldats et aussi la sécheresse responsable de la famine en Éthiopie.

Son ultime geste pour l’Afrique est cette mission qui lui a coûté la vie sur le Paris-Dakar en 1986, il y a 35 ans.

RocFM
the authorRocFM
error: Content is protected !!